Armani arrête la vraie fourrure !

Ce mois-ci aura été plutôt ensoleillé pour le monde de la Protection Animale, après l’annonce de SeaWorlds pour la fin de la reproduction en captivité des orques, c’est à la marque de haute couture Giorgio Armani arrête la vraie fourrure et fait donc un pas pour les animaux en décidant de ne plus utiliser de la fourrure véritable dans ses collections !

prince-63003_960_720

A partir de la saison automne-hiver 2016-2017, la marque n’utilisera plus que de la fausse fourrure ! « Je suis fier d’annoncer l’engagement concret du groupe Armani pour l’abolition totale de l’utilisation de fourrures animales dans ses collections« , a-t-on pu lire dans un communiqué du styliste Giorgio Armani. « Le progrès technologique atteint ces dernières années nous permet d’avoir à disposition des alternatives valides qui rendent inutile le recours à ces pratiques cruelles envers les animaux« . L’année dernière Hugo Boss avait déjà pris cette décision.

La fourrure à la mode !

Depuis quelques années, la vraie fourrure avait repris place sur les cintres de très nombreuses enseignes, grâce à un travail marketing bien ficelé. En faisant croire aux consommateurs que de nouveaux élevages permettaient un meilleur traitement des animaux et en mettant en avant le côté écologique de la vraie fourrure, il est vite devenu monnaie courante de trouver des capuches recouvertes de poils de lapin ou de raton-laveur sans que cela ne choque personne.

La réalité est très différente que ce que l’on veut nous faire croire, les enseignes ont réussi à créer une nouvelle communication en s’appuyant du green-marketing, qui est par ailleurs bien loin de la vérité, car l’élevage intensif et industriel est très polluant et peut-être même plus que celui de matières synthétiques. De la même manière elles ont crée l’illusion d’élevages improbables presque agréables à vivre pour les animaux et de mises à mort banalisées pour le consommateur.

Une réalité un poil plus sinistre…

En ce qui concerne les plus petites enseignes, dont les vêtements sont fabriqués dans des pays faisant très peu cas des droits de l’homme autant vous dire qu’il est quasiment impossible de tracer les élevages et les conditions dans lesquelles vivent les animaux. Il est cependant certain qu’aux prix où sont vendues les fourrures (et en prenant en compte que les marges entre coûts de fabrications et de reventes sont extrêmement importantes pour ce genre d’enseigne) les animaux n’ont pas eu des conditions de vie très joyeuses.

Pour les enseignes de luxe et haute-couture dont la provenance est plus facile à déterminer, notamment en Europe, ce n’est pas beaucoup mieux. Plusieurs fermes ont fait l’objet d’enquêtes de la part d’associations de défense des animaux et les résultats ne sont pas vraiment glorieux ! Il n’existe en Europe quasiment pas de règlementations sur leurs conditions de vie et d’abattage.

mink-934581_960_720

L’hypocrisie des fourreurs…

Conditions qui sont d’ailleurs difficiles à trouver ! Selon le site pro-fourrure vison-france.com, nous apprenons que la fourrure permet de conserver l’espèce (vous la sentez venir la mauvaise foi ?) et toute une partie se consacre à l’éthique du traitement des visons qui au final ne dit rien du tout. Bref, un traitement de surface qui ne sert à convaincre que les convaincus. On sait que les animaux sont logés, des cages sont mentionnées mais pas leur taille, on sait qu’ils sont nourris, mais on ne connait rien de leur alimentation exacte, on sait qu’ils sont abattus, mais la méthode utilisée n’est pas indiquée. Ce site représente typiquement la méthode marketing utilisée pour remettre la fourrure au goût du jour, répéter en haut et fort que tout est fait dans les normes et pour le bien-être des animaux en couvrant bien le bruit de la souffrance qu’il y a derrière ce commerce. 

peau

Concernant les méthodes d’abattage, il faut bien comprendre que le but est de ne surtout pas abîmer la fourrure et la peau. Les méthodes de prédilections sont donc l’électrocution par le rectum ou la gueule (provocant des brûlures internes très douloureuses puis la mort), l’empoisonnement au monoxyde de carbone, l’injection de poison ou la fameuse nuque brisée (qui serait sûrement dans ce cas la mise à mort la moins douloureuse…).

Une lueur d’espoir !

Malgré l’horreur de ce commerce, la fourrure a donc fait un fulgurant retour. Chaque année la demande augmente et c’est donc un petit miracle de voir une grande enseigne renoncer subitement à la fourrure.

Ce n’est pourtant pas la première fois que la marque italienne arrête la fourrure,  en 2008 juste avant que la fourrure ne revienne sur les bancs de la mode le styliste avait déjà pris cette décision avant de se remettre à commercialiser des vêtements en fourrure. Cette fois Armani annonce que la qualité des fourrures synthétiques sont suffisamment satisfaisantes pour se passer de tuer des animaux.

Espérons donc qu’il ne retourne pas de nouveaux sa veste et que son geste encourage d’autres créateurs !

armani arrête la vraie fourrure

Sources :
Ferme d’Emagny – fourrure-torture
Les animaux qu’on tue pour leur peau – pmaf
Méthodes d’abbatage – LLPAA
Vrai fourrure, le point sur la legislation – Journal des femmes
La fourrure revient en force – L’OBS

Si vous avez aimé cet article, pensez à le partager ! ^^

Tu me laisses un petit mot ? ^^

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*