Les ingrédients cosmétiques dangereux et à éviter

Voici un article que j’avais envie de vous faire depuis très très longtemps ! Mais étant donné la charge de travail et recherche qu’il demandait, je m’y suis seulement attelée maintenant. Je vous parle beaucoup de la beauté « au naturel » et récemment de la slow cosmétique. Arriver à reconnaître la liste des ingrédients cosmétiques dangereux dans vos produits de beauté est une étape importante dans cette démarche. Cet article, très long, vous donnera les bases pour repérer facilement les produits cosmétiques dangereux et nocifs pour l’humain ou l’environnement. Vous y trouverez aussi un tableau récapitulatif (en bas de l’article) que vous pouvez imprimer et emmener partout avec vous !

ingrédients cosmétiques dangereux

Qu’est-ce que la liste INCI ?

Pour vous aider dans votre lutte contre les ingrédients nocifs, il vous faudra utiliser la liste INCI. C’est la Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques, qui oblige tous les fabricants de cosmétiques à préciser la liste complète d’ingrédients dans l’ordre décroissant de leur quantité. Plus un ingrédient sera présent en quantité importante, plus il sera haut dans la liste. La liste est actuellement utilisée en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. La liste INCI doit apparaître pour tous les produits cosmétiques vendus en Europe.

  • Ingrédients naturels (dérivés de plantes) : ils sont nommés en anglais et en latin
  • Les parfums : les senteurs parfumées peuvent contenir plusieurs ingrédients mentionnés sous le nom de parfum ou fragance
  • Les allergènes : actuellement une liste de 26 allergènes a été identifiée et tous les éléments de cette liste doivent être obligatoirement mentionnés s’ils apparaissent dans la composition. Certains sont naturellement présents dans les huiles essentielles mais doivent quand même être mentionnés à part.
  • Les colorants : ils se trouvent sous la mention CI+6 chiffres. Ils peuvent être naturels ou synthétique mais je vous en parlerai en détails dans un autre article.
  • Lettres/noms + Chiffres : Méfiez-vous des ingrédients mélangeant des chiffres et lettres. Ce sont des bons indicateurs de produits chimiquement modifiés et potentiellement nocifs (ex : PEG-101, laureth-16, etc…).

La liste INCI peut sembler très difficile à comprendre, mais il suffit de s’y pencher un peu pour s’en sortir ! Après un peu d’expérience vous pourrez repérer les ingrédients nocifs en un clin d’œil !

liste inci ingrédients dangereux

Les perturbateurs endocriniens

Je ne rentrerai pas en détails sur le sujet des perturbateurs endocriniens dans cet article. Pour vous expliquer rapidement, les perturbateurs endocriniens sont des composants moléculaires qui risquent d’influencer le fonctionnement hormonal de l’être humain. Ils peuvent donc être responsables de problèmes de fertilité ou autres sujets autour des organes de reproduction et des fœtus.

Certains seraient aussi responsables de cancer (seins, testicules, sang, etc…). On en trouve partout, des pesticides aux cosmétiques en passant par les médicaments… Aujourd’hui, c’est un mal encore peu connu mais qui commencent à fortement alerter les corps médicaux et la population.

Les ingrédients cosmétiques dangereux et à éviter

Les Alkylphenols

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Ce sont des agents émulsifiants, qui sont principalement présents dans les détergents, les produits de nettoyages et les cosmétiques. Ils sont très polluants et ont des effets graves sur la faune et la flore aquatique.

L’Union Européenne a par ailleurs reconnu un risque pour l’être humain sur la fertilité et pour les fœtus. Ils sont aussi suspectés d’être des perturbateurs endocriniens qui agiraient négativement sur les hormones, les organes reproducteurs et pourraient entraîner des cancers du sein.

Les plus dangereux sont le nonylphenol, qui est aussi utilisé comme spermicide (et par conséquent impacte la quantité de spermatozoïde chez l’homme) et le 4-octylphénol, qui stimule la croissance des cellules de cancer du sein (observé en laboratoire).

Comment reconnaître les alkyphenols ?

Les alkyphenols peuvent être repérés grâce au suffixe « -phenol ».
ex :
 4-octylphénol; amylphénol ; dodécylphénol ; éthylpénol (ou xylénol) ; méthylphénol (ou crésol) ; nonoxynol ; octylphénol ; etc…

Des alkyphenols dans les cosmétiques bio ? Les alkyphenols sont interdits dans les cosmétiques bio.

Le BHA & le BHT

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Le BHA (Butylhydroxyanisole) est un antioxydant et conservateur utilisé dans les produits cosmétiques, mais aussi dans certains aliments (chewing-gum) et les emballages plastiques. C’est un perturbateur endocrinien et il est reconnu comme étant potentiellement cancérigène pour les organes reproducteurs.

De plus en plus en considéré comme toxique, il est remplacé par le BHT (Butylhydroxytoluène), qui est malheureusement lui aussi soupçonné d’être aussi un perturbateur endocrinien.

Comment reconnaître le BHA et le BHT ?

BHA : Butylated hydroxyanisole ; Butylhydroxyanisole ; E320.

BHT : Butylhydroxytoluène ; E321.

Du BHA et du BHT dans les cosmétiques bio ? On ne trouve ni BHA ni BHT dans les produits bio.

Les Composés Éthanolamines

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Les composés éthanolamines servent principalement d’émulsifiant, d’émollient ou de tensioactif. Parmi ces composés on incrimine particulièrement la DiEthanolAmine (DEA), qui peut réagir avec d’autres substances et devenir cancérigène.

Il est aussi conseillé d’éviter la TriEthanolAmine (TEA) et la MonoEthanolAmine (MEA), qui peuvent être irritants et dont les risques cancérigènes sont à prouver. La DEA est interdite dans les cosmétiques vendus au Canada, tandis que la TEA et la MEA sont tolérés dans les produits qui se rincent rapidement. Il faut éviter d’utiliser les produits contenant des composés éthanolamines sur le long-terme.

Enfin, ils sont nocifs pour l’environnement, notamment la faune et la flore aquatique.

Comment reconnaître les composés éthanolamines ?

Pour évitez les composés éthanolamines supprimez les produits contenant « DEA » ; « TEA » ou « MEA » dans leur liste INCI.
ex : acetamide MEA ; cocamide DEA ; lauramide MEA ; soyamine DEA ; TEA Cocoate ; trideceth-2 Carboxamide MEA ; etc…

Des éthers de glycol dans les cosmétiques bio ? Pas d’information officielle.

Les Composés Ethoxylés

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Les PEG et autres composés éthoxylés, sont fabriqués par un processus chimique lourd (l’éthoxylation) dangereux pour celleux qui le fabriquent. Ils sont par ailleurs difficilement dégradables et polluants.

Ces composants peuvent être irritants pour les humains et il existe des doutes sur leurs risques cancérigènes. Ils rendent aussi la peau très perméable ce qui pourrait permettre à des produits nocifs de la traverser plus facilement.

Comment reconnaître les composés éthoxylés ?

Les PEG (PolyEthylène Glycol)  : éviter les ingrédients composés des lettres « PEG-suivies d’un nombre ».

Les PPG : ils remplacement souvent les PEG, mais sont aussi des composés éthoxylés. Ils sont indiqués par les lettres PPG ou avec le suffixe « -hydroxypropyl ».

Autres composés éthoxylés : éviter les ingrédients le suffixe « -eth » ; « -oxynol » ou « hydroxyethyl ».
ex :ceteareth-12 ; hydroxyethyl cellulose ; laureth-16 ; nonoxynol-9 phosphate ; PEG-2 hydrogenated castor oil ; PEG 150 distearate

Des composés éthoxylés dans les cosmétiques bio ? Du fait de leur nocivité écologique, les composés éthoxylés sont interdits dans les cosmétiques bio.

L’EDTA

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

L’EDTA (Éthylene-Diamino-Tetra-Acetate) est un agent qui permet généralement de stabiliser les ingrédients dans les cosmétiques. C’est est aussi un antibactérien.

Il n’est dangereux qu’à partir d’une certaine quantité où il permettrait à des substances potentiellement nocives de passer les barrières corporelles. Mais il peut par contre être fortement irritant notamment pour les yeux.

Il est très peu dégradable et donc fort polluant.

Comment reconnaître l’EDTA ?

Pour éviter l’EDTA supprimez les produits contenant « EDTA » ou « HEDTA »
ex : calcium disodium EDTA ; dipotassium EDTA ; disodium EDTA ; EDTA ; trisodium HEDTA ; etc…

L’EDTA dans les cosmétiques bio ? Pas d’information officielle.

Les Éthers de Glycol

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Les éthers de glycol sont des solvants qui s’utilisent dans de très nombreux domaines, tels que la peinture, l’agriculture, les produits d’entretien, et les cosmétiques. Cependant de très nombreux éthers de glycol ont été interdits dans une utilisation cosmétique en raison de leur toxicité. Ils peuvent encore s’y trouver dans des dosages très réduits.

Les éthers de glycol sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens. Ils pourraient entraîner des problèmes de stérilité et impacter le fœtus. Ce sont aussi des allergisants pouvant entraîner eczéma et urticaire.

Comment reconnaître les éthers de glycol ?

Les Éthers de Glycol se retrouvent sur différentes appellations : 2-phénoxyéthanol (EGphE) ; phenoxyethanol ; phénoxytol.
Des éthers de glycol dans les cosmétiques bio ? Ils ne sont pas autorisés dans les cosmétiques bio.

Les Huiles Minérales

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Les huiles minérales sont obtenues par la distillation de la houille (roche carbonée), du pétrole ou autres roches sédimentaires. Elles servent principalement de lubrifiant dans les moteurs, les machines, les ordinateurs… et en cosmétiques ! Elles sont évidemment très polluantes.

On les trouve beaucoup dans les soins hydratants pour la peau et les cheveux. Les ingrédients dérivés du pétroles (paraffin, pétrolatum) peuvent contenir des hydrocarbures poly-aromatiques (HAP). Ils seraient responsables de certains cancers. L’utilisation des huiles minérales dans les cosmétiques est limitée en Europe à la suite d’études inquiétantes.

Comment reconnaître les huiles minérales ?

Les huiles minérales se retrouvent sous divers noms : ceresin ; crystalline wax ; mineral oil ; paraffin ; paraffium liquidum ; petroleum ; petrolatum ; wax.
Des huiles minérales dans les cosmétiques bio ? Les huiles minérales ne sont pas autorisées dans les cosmétiques bio

Les Filtres à UV & la Résorcine

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

On les trouve principalement dans les crèmes solaires, mais aussi dans beaucoup de produits capillaires (coloration, shampoing et AS) ou encore dans les vernis à ongles. Les filtres à UV sont très polluants et néfastes pour la faune et la flore aquatiques, et causent beaucoup de dégâts utilisés en crème solaire sur les plages. En plus de leur impact sur l’environnement ils sont allergisants et certains sont de puissants perturbateurs endocriniens, parfois cancérigènes.

Préférez donc les filtres à UV minéraux, qui réfléchissent les UV (tandis que les filtres à UV chimiques les absorbent). Bien qu’ils soient souvent composés de nanoparticules et que cela peut aussi pénétrer la peau, il faudra donc aussi faire attention pour certains ingrédients.

La résorcine (ou résorcinol) est un élément très utilisé pour les filtres à UV, mais qui peut se trouver directement sous cette forme dans certains produits, notamment les colorations (même végétales…). C’est un dangereux perturbateur endocrinien qui est associé à des troubles du système nerveux et des anomalies du sang chez l’homme. Il pénètre très facilement les barrières cutanées.

Comment reconnaître les filtres à UV dangereux et la résorcine ?

Filtres à UV chimiques : Les filtres à UV chimiques les plus problématiques sont le Benzophenone et l’Oxybenzone, l’Ethylhexyl Methoxycinnamate, et 4-Methylbenzyldene Camphor.
On peut les retrouver sous de très diverses formes et appellations INCI. Méfiez-vous si vous voyez un des filtres susnommés ou les ingrédients contenant « -benzo » ; « -methanone » ; « -metho ». Banissez également « solaqueen » et « durascreen ».
ex : (2-hydroxy-4-methoxyphenyl) phenylmethanone ; 2-hydroxy-4-methoxybenzophenone ; 4-benzoyl resorcinol ; b3 ; benzoresorcinol ; benzotriazolyl ; durascreen ; ethylhexyl methoxycinnamate ; oxybenzone ; oxybenzone 6;  solaquin ; etc…

Filtres à UV minéraux : Évitez les listes contenant des nanoparticules, sous la mention « nano ». Depuis 2014 elles sont censées être indiquées sur les listes INCI mais ça n’est pas toujours le cas. Certaines particules « nano » ne sont pas dangereuses pour l’homme si elles ne sont pas trop réduites (et ne risquent donc pas de pénétrer).
Les ingrédients pouvant être sous forme de nanoparticules : bioxyde de titane ; CI77891 ; dioxyde de titane ; E171 ; titanium dioxide (nano) ; oxyde de titane ; TiO2 ;

Résorcine : Évitez les listes contenants « resorcin »; « resorcinol »; « -benzen- » 
ex : 1,3-benzenediol ; m-dihydroxybenzene ; resorcin

Autres appellations :
3-hydroxyphenol ; m-hydroquinone ; m-phenylenediol

Des filtres à UV dans les cosmétiques bio ? Les filtres à UV chimiques sont interdits dans les produits bio. Les filtres à UV minéraux sont autorisés, mais les nanoparticules sont interdites en dessous d’une certaine taille. Je vous conseille donc de vous tourner exclusivement vers des crèmes solaires bio.
De la résorcine dans les cosmétiques bio ? Je n’ai vu aucune indication officielle, donc il faudra vous fier à la liste des ingrédients.

Les Parabènes

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Les parabènes ont des propriétés antibactériennes et antifongiques qui en font des bons conservateurs. Ils sont utilisés dans de très nombreux cosmétiques mais aussi dans les produits alimentaires et dans les médicaments.

Ce sont des perturbateurs endocriniens, qui pénètrent dans notre corps et agissent avec nos hormones. Ils sont donc potentiellement dangereux pour l’humain. Des demandes ont été faites à l’Assemblée pour interdire les parabènes. Certains ont d’ailleurs été interdits ces dernières années ou fortement restreints dans les utilisations cosmétiques.

Comment reconnaître les parabènes ?

Parabènes : les ingrédients se finissant par -paraben et les ingrédients contenant « ethyl », « butyl« , « methyl » ou « propyl »
Les additifs alimentaires E214 à E219 sont également des parabènes.
ex : butylparaben; E214 ; ethylparaben ; isobutylparaben ; méthyl p-hydroxybenzoate (E218) ; methylparaben ; N-propyl p-hydroxybenzoate (E216) ; parahydroxybenzoate de méthyle ; pentylparaben ; potassium butylparaben ; propylparaben ; sodium butylparaben ;  etc…

Le Methylisothiazolinone, et ses dérivés Methylisothiazolinone (MIT) ; methylchloroisothiazolinone (MCIT) sont très souvent utilisés en remplacement des parabènes et également très nocifs.

Des parabens dans les cosmétiques bio ? Les parabènes sont interdits dans les cosmétiques bio.

Les Phtalates, PVC & PET

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Les phtalates sont des dérivés du naphtalène ou naphtaline, le fameux antimites. Et dans les faits, c’est un hydrocarbure fait à base de goudron (en gros, je ne suis pas assez calée en chimie pour rentrer dans les détails). Ça ne donne déjà pas très envie… La naphtaline est très polluante et dangereuse pour ceux qui la manipule. Sous forme de phtalates, il n’existe pas d’accumulation dans l’organisme, mais ce sont des perturbateurs endocriniens dont certains ont des conséquences néfastes.

Ils impactent principalement la fertilité masculine. On estime qu’à ce jour les phtalates seraient en partie responsable de la diminution par moitié de la production des spermatozoïdes. A l’inverse ils augmentent la précocité de la puberté chez les filles. Ils pourraient aussi entraîner des risques pour les fœtus.

En Europe la quasi-totalité des phtalates sont interdits dans la composition des produits cosmétiques. Mais attention on n’en trouve aussi dans presque tous les emballages et contenants en plastique.

Comment reconnaître les phtalates ?

Phtalates : tous les noms contenant les mots « phthalate » ou« phthalic ».

Fragance et parfum : Si vous voyez cette ingrédients sur la liste INCI, évitez-les. Ces deux appellations contiennent plusieurs ingrédients non identifiés, souvent toxiques et souvent à base de phtalates (sauf mention contraire). On les trouve dans presque tous les parfums.

PVC & PET : Il a été prouvé que les phtalates contenus dans les plastiques PVC et PET présentent de forts risques de migration dans le contenant (produits alimentaires ou cosmétiques). Il faut donc les éviter au maximum. Vous les trouverez sous la forme d’un triangle de recyclage avec les chiffres 1 ou 3 à l’intérieur.

Des phtalates dans les produits bio ? Les phtalates peuvent se trouver dans des produits bio, notamment sous les mentions « parfum » ou « fragrance », ainsi que dans les contenants.

Les Silicones & Quats

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Les silicones sont des dérivés chimiques de la silice. Il existe une grande peur des silicones qui s’est développée ces dernières années. Dans la réalité la plupart des silicones ne sont pas considérés comme dangereux pour l’homme, étant donné les faibles quantités utilisées. Même s’ils font l’objet d’une vigilance de la part des organismes de santé. Ce sont cependant des agents occlusifs. C’est-à-dire  qu’ils ont pour but de combler et colmater des vides et peuvent étouffer et abîmer la peau et les cheveux sur le long terme. Alors qu’ils laissent un effet lissant et soyeux au moment de l’utilisation. Le problème c’est par contre qu’ils sont très nocifs pour l’environnement. Les molécules de silicones pouvant mettre 500 ans à se dégrader, elles s’accumulent à outrance dans l’environnement impactant négativement la faune et la flore (notamment les eaux).

ATTENTION : Le silicone cyclopenthasiloxane a été identifié comme perturbateur endocrinien, il est donc également dangereux pour l’homme et à supprimer de vos produits cosmétiques !

Les silicones sont souvent remplacés par les quats, ou ammoniums quaternaires. Ce sont d’autres agents occlusifs non biodégradables donc tout aussi nocifs pour l’environnement, voire plus. Ils peuvent également être irritants. Méfiez-vous donc des produits estampillés « sans silicone », cela n’est parfois pas suffisant !

Comment reconnaître les silicones et quats ?

Silicones : ils finissent pas « -cone », « -conol » ou « -siloxane ».
ex : amodiméthicone, cyclohexasiloxane, damodimethicone, dimethicone, diméthylpolysiloxan, phényldiméthylpolysioxane, etc…

Ammoniums quaternaires et polyquaterniums (quats) : ils finissent par « -monium », « -chloride » ou contiennent « bromide » ou « quaternium-suivi d’un chiffre »« polyquaternium-suivi d’un chiffre ».
ex :  behentrimonium methosulfate, cetrimonium chloride, CTAC (Cetyl triméthyl ammonium chlorure), DSDMAC (Quaternium-5), polyquaternium-10, etc…

Cyclopenthasiloxane et assimilés : decamethyl ; decamethylcyclopenthasiloxane.

Des silicones et quats dans les produits bio ? Les agents occlusifs sont interdits dans les produits bio, à l’exception du BTMS (Cetearyl Alcohol and Behentrimonium Methosulfate). 

Les Sels Aluminiums

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

On reproche aux sels d’aluminiums de pénétrer la peau et entrer dans l’organisme. On les trouve principalement dans les déodorants et dans de nombreux autres cosmétiques tels que les fonds de teints, les crèmes hydratantes, les masques de beauté ou les brumisateurs.

Il existe des effets neurotoxiques prouvés de l’aluminium qui entraîneraient des psoriasis, des défaillances rénales mais aussi le développement de la maladie d’Alzheimer. On le soupçonne aussi d’avoir une incidence sur le développement des cancers du sein, mais cela n’a pas été prouvé.

L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSPS) recommande la concentration des sels d’aluminium dans les produits ne dépassent pas 0,6 % .

Comment reconnaître les sels d’aluminiums ?

On peut trouver les sels d’aluminiums sous différentes appellations, il suffit généralement d’éviter le préfixe « -alum ».
ex : aluminium chlorohydrate, aluminium stearate, aluminium sulfate, aluminium hydroxyde, aluminium oxyde, aluminum sesquichlorohydrate, ammonium alum, etc…

Pierre d’alun : Elle est composée de sulfates d’aluminium et il n’a pas été prouvé que cela était moins nocif.

De l’aluminium dans les cosmétiques bio ? On peut trouver de l’aluminium dans les produits bio.

Les Sulfates

Pourquoi ce sont des ingrédients cosmétiques dangereux ?

Le sulfates sont des tensioactifs, qui vont généralement servir d’agents moussants et donc savonner au contact de l’eau. Ils existent des centaines de variétés de sulfates différents, mais les deux principalement utilisés en cosmétiques sont le sodium lauryl sulfate (SLS) ou le laureth sulfate de sodium (SLES). Ils seraient présentes dans 90% des produits moussants (selon la compagnie canadienne Live Clean). Les sulfates sont principalement utilisés à partir de la vaseline (dérivée du pétrole) et sont par conséquents très polluants.

Leur dangerosité n’a pas été prouvée étant donné les faibles quantité utilisées. Ils peuvent cependant fragiliser les cheveux à la longue et affadir les couleurs (pour les cheveux colorés).

Comment reconnaître les sulfates ?

Sulfates (SDS et SLS) : contiennent la mention « sulfate » ou « lauryl + sodium » ou « laureth + sodium ».
ex : ammonium lauryl sulfate; laureth sulfate ; sodium laureth sulfate (SLES) ; sodium lauryl sulfate (SLS) ; Laurylsulfate de Sodium ; etc…

Autres appellations : empicol ESB 70 ; ifrapon LOS ; steol-130, 230, 270, 330, 370 ou 460 ; stepanol.

Des sulfates dans les produits bio ? Le sodium lauryl sulfate (SLS) et l’ammonium lauryl sulfate (ALS) sont autorisés dans les produits cosmétiques bio. L’ALS est d’origine végétal et serait moins polluant.

Le Triclosan

Pourquoi c’est un ingrédient cosmétique dangereux ?

Le triclosan est un antifongique et antibactérien qui se trouvent dans de très nombreux produits cosmétiques dits « antibactériens ». Par exemple les soins anti-acné, les dentifrices, savons, etc… Il participe grandement au développement de la résistance bactérienne et aux antibiotiques chez les êtres humains.

C’est aussi un perturbateur endocrinien qui peut altérer le fonctionnement de la thyroïde. Il se dégrade en composés toxiques qui ont tendance à s’accumuler et peuvent être cancérigènes. Il pénètre bien les barrières cutanées et peut se retrouver dans le sang, l’urine et même le lait maternel.

Le triclosan est dans le collimateur des organismes de santé depuis de nombreuses années et de plus en plus d’entreprises commencent à s’en débarrasser.

Comment reconnaître le triclosan ?

Triclosan : évitez les produits contenant « triclosan » et des nombreuses appellations ci-dessous. Méfiez-vous des ingrédients contenant « -chloro » dans leur nom.
ex : 5-chloro-2- (2,4-dichlorophenoxy) phenol 2,4,4′ ; aquasept ; cloxifenolum ; DP300 ; éther de diphényle d’hydroxyle 2.4.4 ; Gamophen ; Irgasan ; Lexol 300 ;  TCL ;  trichlorine-2 ; trichloro-2′-hydrodiphenyl ether ; etc…

Du triclosan dans les produits bio ? Le triclosan et assimilés sont interdits dans les produits cosmétiques bio

Tableau récapitulatif

Pour terminer cette article très long, j’ai crée un petit tableau récapitulatif que vous pourrez emporter avec vous lors de vos virées shopping. Il vous permettra de repérer en un clin d’œil les principaux ingrédients à éviter.

Attention, j’ai réalisé ce tableau de façon amatrice et grâce à mes propres recherches. Il pourrait contenir des erreurs. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, les recherches effectuées nous en apprenant chaque jour sur les produits que nous utilisons dans la vie courante.

liste des ingrédients cosmétiques dangereux et à éviter

Pour télécharger le tableau en haute définition, cliquez ici.

Zenziscope, un site utile pour vous aider

zenziscope liste inci

Si vous avez un doute sur un ingrédient et que vous souhaitez en savoir plus, je vous propose d’utiliser les sites ci-dessous qui m’ont personnellement beaucoup aidée !

C’est mon site favori. Il est très utile lorsque vous acheté en ligne. Pour l’utiliser il faut copier / coller les ingrédients ou la liste d’ingrédients et un tableau vous indiquera la nocivité de chacun des éléments. Il m’arrive régulièrement de coller directement la liste entière des ingrédients afin d’avoir plus d’informations sur le produit. Vraiment très pratique !

Il en existe cependant d’autres, comme La Vérité sur les Cosmétiques mais j’avoue que ma préférence va à Zenziscope que je trouve très complet et simple à utiliser.

Et vous pouvez maintenant aussi trouver des applications qui décryptent les ingrédients directement sur les produits.J’ai trouvé Skin Deep, Think Dirty et Cosmethics qui semblent intéressantes ! Mais je ne les ai pas testées.

Cet article est terminé, félicitations si vous avez tout lu, n’hésitez pas à me donner votre avis et vos ressentis. Vous imaginiez qu’il existait tant de produits nocifs dans nos cosmétiques ? 

Source :

 – Futura Santé : Phtalates : de vrais risques ?
– sabotage-hormonal.org : Les alkylphénols

Enregistrer

Enregistrer

Si vous avez aimé cet article, pensez à le partager ! ^^

5 commentaires, ajoute-le tien ! ^^

  1. J’ai lu ton article entièrement et je m’en félicite ^^ Il est super intéressant. C’est fou tous les ingrédients dangereux que l’on peut trouver dans nos produits ! Mais le plus fou c’est que cela semble normale aux grandes industries et au gouvernement …

    J’essaie de faire attention aux produits de ma salle de bain et utilisant des produits bios, naturels et réutilisables. Ton article/tableau va pouvoir m’aider à affiner mes produits. ^^

    Je ne connaissais pas Zenziscope (je vais tester) mais je connais La vérité sur les cosmétiques ! :)
    En tout cas merci de nous avoir partagé tes recherches, je pense que ton article va beaucoup m’aider pour l’un de mes prochains qui va me demander pas mal de recherches aussi.

    • Caroline

      Salut Vic ! Merci pour ton commentaire, il m’a bien fait plaisir :) J’avais peur que personne n’aille jusqu’au bout !

      En effet en faisant mes recherches je me demandais comment on pouvait encore, en 2017, avoir autant de m*rdes dans nos produits ! Après les recherches sont longues et les effets négatifs ne se voient qu’au long terme.

      En tout cas n’hésite pas à partager le tableau si ça peut servir :) Et tu pensais faire quoi comme article ? Ça m’intéresserait de savoir ^^

  2. Merci beaucoup pour ton article hyper complet!! Personnellement, j’utilise le site de La vérité sur les cosmétiques, mais du coup, j’ai gardé Zenziscope dans mes favoris aussi car c’est plus simple que de copier coller chaque ingrédient des compositions^^

    • Caroline

      Merci beaucoup à toi pour ton commentaire ! Eh oui Zenziscope est très pratique ! Je suis très fan de ce site depuis que je l’ai découvert :)

  3. Pingback: L’enlumineur « Shine up powder » de Zao et nouvel engagement make-up – The Wild Beauty

Tu me laisses un petit mot ? ^^

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*