Ce qui me dérange dans la mode éthique

Ce qui me dérange dans la mode éthique

Ces derniers temps mon blog est à l’abandon. Il n’y a pas qu’une seule raison à cela, je dirais même qu’il y en a une multitude, mais je vais commencer par aborder l’une d’elle. Vous l’aurez compris avec le titre je vais revenir sur certains points qui me dérangent dans la mode éthique… ou plutôt sur le manque d’éthique de certaines marques soit disant engagées.

Je ne donnerai pas de nom parce que mon intention n’est pas de flageller ouvertement. Le 100% éthique me paraît compliqué et j’ai toujours fait des concessions, même si aujourd’hui ça devient de plus en plus difficile. Je vous avoue que mon niveau d’exigence est tellement élevé que ma liste de marques éthiques seraient quasiment vide si je le respectais… Mais ce n’est pas parce que l’éthique est complexe qu’il ne faut pas en parler et tenter jour après jour d’améliorer nos comportements de consommateurs… ou de vendeur !

« Body-positive »… mais pas trop quand même !

Je suis de plus en plus gênée par toutes ces marques misant sur l’éthique… qui continuent de ne présenter leur produit que sur des modèles très minces et très peu représentatifs de la diversité des corps. D’ailleurs je constate régulièrement que les marques s’arrêtent aux tailles 42 (parfois 44 dans leur grande bonté d’âme) comme si les personnes qui portent des tailles supérieures n’ont pas le droit de s’habiller éthique…

Je trouve aussi que les vêtements éthiques taillent généralement plutôt petit… De la même façon, les blogueuses qui sont mises en avant par ces marques ne sortent pas beaucoup des critères de beauté standard (et discriminants) et ça a tendance à me gonfler. Il m’est arrivé d’être invitée à des événements de mode éthique et de me sentir comme le pire des boudins (alors que je porte du 38/40 donc je n’ose pas imaginer ce que subissent des personnes avec des tailles plus importantes). Je savais que c’était un monde difficile et très jugeant mais ça m’écœure de le constater même quand on parle d’éthique.

Ça serait bien que la mode éthique ne s’arrête pas à la fabrication et qu’on arrête de nous vendre une seule morphologie comme étant acceptable en société… Et surtout que certaines marques se disant body-positive présentent leur produit sur des personnes de différentes morphologies (et non le 40 ça ne compte pas comme du body-positive…).

Le manque de diversité

C’est un problème qui est constant pour tous les médias et la mode éthique ne passe au dessus. Les personnes noires ou typées sont très peu représentées dans les médias… Pareil pour les personnes transgenres ou encore les personnes présentant un handicap.

Les mannequins semblent tous.te sortir du même moule et si une marque met en avant une personne ne rentrant pas dans les « codes habituels », j’ai souvent l’impression que c’est pour en faire un coup marketing et non par volonté de pallier ce manque de diversité…

L’hypersexualisation du corps des femmes

Continuons dans le physique… Quand j’ai remis à jour ma liste de maillot de bain éthiques, j’ai été atterrée de voir que les mannequins misent en avant étaient non seulement quasiment toutes fichues pareil (et sans un poil qui dépasse bien sûr) mais en plus présentées dans des poses et des situations hypersexualisées… avec des gros plans sur les fesses ou les seins, des jambes écartées, des poses lancinantes…

Alors certes, je peux comprendre qu’il est intéressant de poser quand on se fait prendre en photo ou qu’on présente un produit, et d’ailleurs je le fais moi-même mais pourquoi toujours le faire dans une optique de « donner envie » ? Sous-entendu, si t’achètes un maillot de bain ce n’est pas parce que ça te fait plaisir, c’est pour faire plaisir aux gens qui vont te regarder, parce que toi ma fille… tu es là pour éveiller le désir.

Attention, ne vous méprenez pas ! Je ne veux surtout pas prétendre que c’est aux femmes de faire attention à ne pas se mettre dans telle ou telle pose de peur d’éveiller l’appétit sexuel de certains, au contraire qu’elles fassent absolument ce qu’elles veulent de leur corps et sa représentation… Mais je suis persuadée que ce ne sont pas les modèles qui choisissent d’être exhibées comme ça, c’est la communication qui est tournée de façon à toujours mettre en avant les femmes comme objet de désir…

Les collections qui se renouvellent trop vite

Allez, on change de sujet et j’aborde maintenant un autre point. Le problème de la fast fashion, c’est la création constante de nouvelles collections qui va entraîner une demande permanente et nous habituer à déprécier rapidement nos vêtements… Il me semble donc logique qu’une marque dans une optique éthique évite cette attitude et pourtant….

Je vois très régulièrement des marques qui limitent leurs stocks et créent chaque année de nouveaux modèles « en édition limitée » ou suivant les tendances de la fast fashion… Quel est l’intérêt de se la jouer éthique quand on incite les gens à racheter une paire de chaussures avant même que la précédente ne soit usée ? Je me méfie très grandement des marques qui changent trop régulièrement de collection. Je pars du principe qu’un bon produit doit durer dans le temps… D’ailleurs ça m’amène au point suivant.

Les mauvais rapports qualité/prix

Je n’ai de cesse de le répéter… la mode éthique ça coûte cher et ça me paraît bien normal de payer le juste prix d’un vêtement ! Mais en échange j’attends que ce vêtement dure dans le temps. Pourtant combien de fois ça m’est arrivé d’investir une petite fortune dans un nouveau vêtement et de le voir troué, déchiré ou abîmé l’année (voire le mois) qui suit… Et clairement, ça n’est pas un fait isolé et j’ai souvent été déçue des matières utilisées ou de la mauvaise qualité de la fabrication…

Le combat continue

Évidemment, il y a plein de marques qui font beaucoup d’efforts et il faut continuer de les encourager. Mais cet article permet de faire une piqûre de rappel… nous avons toujours de nombreux progrès à faire !

Pour ma part j’ai pris du recul, j’ai réorienté (encore !) ma façon d’acheter et je reviens sur mon blog avec toujours plus de choses à dire…

A bientôt !

Si vous avez aimé cet article, pensez à le partager ! ^^

12 Comments

  1. Florence

    Ouf! C’est sorti !
    Finalement tu reproches aux marques éthiques de ne pas sortir du moule de la mode classique…
    Elles fonctionnent encore sur la même base que la fast fashion.

    Je comprends que si tes critères sont si exigeants , ce soit difficile de s’acheter quoique ce soit.
    On ne peut pas tout leur demander en même temps : tissus bio et écologiques, bonnes conditions de travail de leurs ouvrier ou sous traitant etc… pour l’instant c’est ce que je recherche de mon côté.

    J’avoue que je ne vois pas de quelles marques tu parles, je me tourne en général vers des marques étrangères.
    Pour les tailles, ces marquent taillent correctement ou même plutôt grand (Armedangels, People tree, Thought). J’ai déjà vu des mannequin de couleurs aussi .

    • Caroline

      Merci pour ton commentaire. Pour rebondir dessus je dirais que ce n’est pas parce qu’on ne peut pas tout demander qu’on ne doit pas le faire ! La discrimination n’est pas éthique (c’est même l’inverse ^^), les marques qui d’un côté prônent l’éthique et le bien-être de ses employés tout en discriminant une partie des consommateurs je ne trouve pas ça terrible. Et je le dis… même si on ne peut pas tout avoir, j’espère que si sufisamment de personne élève la voix on finira par l’avoir.
      Certes il y a des mannequins de couleurs ou typés mais ça reste très minoritaire (tout comme dans la fast fashion).

  2. Coucou, merci pour cet article intéressant. Envisages-tu de coudre tes propres vêtements ? Je voudrais le faire, mais je me dis que du coup, il faut trouver des tissus éthiques aussi… Pas simple tout ça ! En tout cas, j’ai commencé à coudre des vêtements pour ma fille (avec des tissus de magasin standard), et c’est quand même super appréciable de n’avoir quasiment jamais à mettre les pieds dans un grand magasin !

    • Caroline

      Hey ! Merci beaucoup pour ton message ^^ La couture ça fait partie des choses que j’aimerais beaucoup apprendre mais je n’ai pas du tout le temps de me lancer dedans, pour l’instant j’en suis au stade « j’essaie de réparer les trous » et c’est pas toujours concluant :p Pour les tissus éthiques, peut-être s’orienter sur des tissus made in France ?

  3. Cécile

    Bonsoir, et merci pour ton article super intéressant. Je me fais souvent la même réflexion. Je vais ouvrir une eboutique de maroquinerie vegan et éthique (autant que faire se peut) l’an prochain, et je commence à penser au shooting. Donc je furéte à droite à gauche à la recherche de modèles. Et je me disais justement que je souhaiterais travailler avec des profils très différents : j’ai repéré des femmes âgées, rondes, rousses, noires, asiatiques… Et ce que j’aimerais le plus, c’est que ce ne soit pas des pro, mais vraiment des femmes de la vraie vie, dans des situations de vraie vie, pas dans des positions totalement improbables par exemple.
    Et concernant les vêtements, quelques déceptions aussi sur des t-shirts éthiques, faits en France, pasen fast fashion etc… Mais manifestement faits dans des tissus qui bien que gots sont très (trop) fins et mal coupés… J’espère trouver THE marque…

    • Caroline

      Merci pour le commentaire :) C’est bien de vouloir choisir des modèles qui ne rentrent pas dans une norme. Après je pense que le mannequinat est un vrai métier, mais il y a sûrement plein de modèle qui sont plus représentatifs de la population ! ^^ Bon courage pour la création de marque !

  4. Moi aussi je me pose beaucoup de questions en ce moment à ce sujet… j’ai de moins en moins envie de promouvoir la mode éthique.
    Je suis d’accord avec cet article et particulièrement sur le côté qualité d’un vêtement qui n’est pas si qualitatif. Je me retrouve avec des pièces trouées ou carrément déchirées alors qu’elles sont récentes… comparées à des vêtements de fast fashion achetés il y a longtemps et qui tiennent le coup, dur de continuer à vanter le cher mais quali…

    • Caroline

      Yep… j’ai l’impression qu’on baigne pas mal dans « l’ethical washing » quand on commence à beaucoup bloguer sur le sujet. Et ouais la qualité ça devient un vrai problème pour moi aussi –‘ J’ai un pantalon neuf qui m’a coûté un bras et que j’ai porté une fois… avant de me retrouver les fesses à l’air. Et des histoires comme ça j’en ai plein xD

  5. Le vêtement le plus éthique c’est celui qu’on n’achète pas

    • Caroline

      Exactement, c’est pour ça que maintenant je vole ! :p (c’est une blague bien sûr…)

  6. carine

    Hello Caroline, j’aime beaucoup cet article et je trouve ça courageux de ta part de l’avoir écrit. J’ajouterais pour faire moi-même mes vêtements qu’en effet les tissus sont rarement éthiques, et il suffit de farfouiller sur le net pour voir que le lin est moins polluant à la production que le coton, par exemple… Pour faire échos aux nombreux commentaires constructifs récoltés, j’ajouterais que la mode éthique s’accompagne d’une évolution des mentalités pour acheter moins de vêtements et/ou privilégier la seconde main.

  7. Rachel

    Bonjour,
    Étant moi-même créatrice de mode éthique, je voulais revenir sur le premier point. Je suis seule à gérer mon entreprise, et donc seule à coudre, dans ces cas là il est compliqué de proposer toutes les tailles…
    Ensuite, quand on est une jeune entreprise, on ne peut pas forcement ce permettre de proposer toutes les tailles, car ça signifie du stock en plus, et des sommes d’argents à investir plus importantes (qu’on a pas forcement quand on se lance ).
    Dans ces cas là, il peut être intéressant de demander aux marques pourquoi elles ne proposent pas de plus grandes tailles.

    Pour l’hypersexualisation et le changement de collection, je suis assez d’accord avec toi, après 2 collections par an c’est très bien.

    En tout cas, merci pour cet article très interessant à lire :)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*