okja ni vegan ni antispéciste

Okja n’est PAS un film antispéciste ni pro-vegan

Attention, SPOILERS ! Vous en avez certainement entendu parlé. Le film Okja a été encensé à Cannes, et la presse l’a décrit comme « le film qui vous fera devenir vegan ». Forcément, j’ai décidé de me pencher dessus. Ce conte poétique est tout à fait charmant. Mais si ce film dénonce la maltraitance subie par les animaux qui nous servent de nourriture, il n’est ni antispeciste ni pro-vegan ! Et cela méritait bien une mise au point.

Pour découvrir d’autres articles autour de la protection animale, rendez-vous dans cette rubrique !

okja cochon géant

Okja, le gentil cochon géant

C’est l’histoire d’une industrie agro-alimentaire qui crée une super espèce de cochon géant destinée à l’alimentation. Malheureusement, les humains ne sont pas très réceptifs lorsqu’il s’agit de leur faire ingérer des OGM (franchement qu’est-ce qu’on est chiant là-dessus !)… La PDG de l’entreprise décide donc de mettre en scène un mensonge bien ficelé. Dix cochons géants seront envoyés chez des agriculteurs aux quatre coins du monde. Officiellement pour voir quelle sera la meilleure technique d’élevage de ces super cochons, officieusement pour redorer l’image négative de l’entreprise familiale et ses techniques jugées trop chimiques. Au bout de 10 ans, celui qui aura « produit » le cochon le plus gros sera récompensé et son cochon présenté au monde entier (avant d’être consommé évidemment).

La suite se passe 10 ans plus tard, Okja, est le cochon envoyé à l’agriculteur coréen. Depuis son arrivée elle est très liée à Mija, la petite fille de ce dernier, qui a grandi à ses côtés. Mais lorsque les représentants de l’entreprise viennent chercher Okja (la grande gagnante du concours), Mija se lance à sa poursuite pour tenter de sauver son amie.

Et là commence tous les problèmes…

okja anthropomorphisme

Anthropomorphisme bonjour

La première chose qui m’a choquée dans Okja, c’est l’anthropomorphisme utilisé à haute dose…

L’anthropoquoi ?! si vous ne connaissez pas ce terme, l’anthropomorphisme consiste à placer nos comportements, nos émotions et notre morphologie en lieu et place de celles des autres animaux. Cela permet de nous identifier plus facilement. Sauf que dans la réalité, les animaux n’ont pas les mêmes émotions que nous. Et véhiculer ce genre d’images n’aident en rien la cause animale. Au contraire elle peuvent sous-entendre que si les animaux méritent notre respect c’est car ils nous ressemblent physiquement ou émotionnellement. Or, à partir du moment où ils sont sentients, cela devrait suffire à se dire qu’il faut éviter de leur faire du mal.

Alors, quand au bout de 10min de film, Okja se lance dans une incroyable mission de sauvetage pour aider son amie, en agissant comme l’aurait fait un être humain, le spectateur comprend qu’elle pense et doit donc être traitée comme l’homme. A partir de ce moment Okja n’est donc plus un « simple » cochon, que l’on pourrait manger. Et le spectateur pourra continuer de se déculpabiliser en consommant son jambon. Dont le cochon n’avait rien avoir avec notre gentille Okja !

Une seconde scène à la fin du film nous offre à nouveau un bel exemple d’anthropomorphisme. Des cochons géants arrivent à sauver un de leur petit en le faisant passer discrètement à Okja, qui le cache dans sa gueule. Certes, dans la nature il existe beaucoup de cas de preuves d’amour maternelle, mais ils ne sont pas représentés de la même façon que pour les humains.

Sans oublier, que pour nous ressembler un peu plus, Okja pleure avec des larmes régulièrement ! Pas sûre que ça soit très représentatif des cochons ça…

Ni vegan ni antispeciste

On en vient au nœud du problème ! Je ne sais pas d’où vient l’image « vegan friendly » qu’on a associé au film Okja, mais il n’en est rien !

okja membres alf

Les membres du Front de Libération des Animaux

Les seuls personnages vegan sont représentés par les membres de l’ALF (Animal Liberation Front), qui sont très caricaturés. Ok, on mentionne le véganisme, et c’est déjà pas mal. Mais pourquoi les personnages attachés à ce genre de cause sont-ils caricaturés à l’extrême ?

Notamment l’un d’eux qui explique manger le moins possible car il est contre toute forme d’exploitation et qui manque de faire des malaises toutes les 5min. Bref, tout est confondu et on associe encore le mouvement vegan à la malnutrition.

Et puis les militants ne sont même pas droits dans leur botte. En tout cas l’un deux trahit Mija… Bref, la seule personne représentée comme vraiment honnête c’est Mija.

okja vegan ou pas

Vive le cochon, à bas le poisson !

Mais Mija mange du poisson. Et les poulets sont aussi destinés à des fins alimentaires dans le film.

C’est donc de l’antispécisme. Pourquoi les poissons et les poulets sont condamnés à nous servir de nourriture ? Parce qu’ils sont « moches », « bêtes » ? Ils ressentent la souffrance et ont des émotions au même titre que les cochons. Soit dit en passant Okja, ne ressemble pas vraiment à un cochon. Encore un problème antispéciste selon moi. Il est plus facile de s’attacher un animal gros, mignon, avec des airs d’hippopotame et un comportement humain, qu’à un vulgaire cochon !

Alors pour rappel ni les végétariens ni les végétaliens ne consomment de chair animale… Je ne vois pas comment on peut encore penser que le film Okja est pro-vegan quand il semble normal pour le personnage principal de consommer des animaux qui ont été tués.

Le point de vue du film est tout simplement écologique. Mija ne consomme que le poisson ou la viande dont elle a besoin. Bref, il n’y a pas de surconsommation. Mais il y a quand même de la souffrance pour les animaux.

okja abattoir

Et à la fin ?

Okja est sauvée, mais tous les autres cochons géants continueront de servir de nourriture. Alors évidemment le spectateur va se sentir mal. Comment Okja et ses congénères peuvent-ils être transformés en vulgaire morceaux de steak, alors qu’ils sont si mignons, gentils et intelligents ?

Mais on ne mentionne jamais les vrais cochons, ou les vaches qui ont des comportements bien loin de ce que nous propose le film…

Et puis au final, autre chose me pose problème. L’industrie des cochons géants n’est pas du tout éthique. Les cochons n’ont jamais vu la lumière du jour et et l’entreprise fait des tests horribles sur certains cochons.

Alors, quand on les voit se faire tuer à la chaîne, on a en effet une vision de la réalité du monde de la viande. Mais le spectateur peut se rassurer en si disant « oui mais moi la vache que je mange, elle a couru dans les prés et elle a vu le soleil ». Certes, mais elle a fini dans un abattoir au même titre que ces cochons géants, et elle est morte prématurément pour servir de nourriture.

Alors je dirais que ce film aura plutôt tendance à promouvoir une consommation plus responsable. Mais peut-être que l’impact aurait été vraiment plus retentissant si l’objectif de l’industrie des super-cochons était d’élever des animaux heureux, avant de les abattre pour leur viande.

Au final quelle est la différence entre un cochon tué et un joyeux cochon tué ?

Enregistrer

Enregistrer

Si vous avez aimé cet article, pensez à le partager ! ^^

8 commentaires, ajoute-le tien ! ^^

  1. Je crois que j’ai pensé pareil que toi, sauf pour la partie sur l’anthropomorphisme que je n’avais pas relevé mais qui prend vraiment sens en effet.
    Après il paraît que le film a rendu beaucoup de gens végétariens, c’est déjà ça, en espérant que ce soit réel.
    C’est bien d’avoir parlé de ce film à contre courant !

    • Caroline

      Oui ça serait déjà très bien si c’est le cas ! Après j’ai toujours peur que ce genre de chose soit des « effets de mode » dont les gens vont se lasser, alors que je pense que le végéta*isme est quand même un mouvement se basant sur des convictions et des valeurs fortes ! Merci pour ton commentaire :)

  2. Je n’ai pas vu le film mais je pense que je vais le regarder dans la semaine. Ta critique est très constructive et elle m’a donnée envie de voir le film :) J’espère ne pas tomber dans le pièce de l’anthropomorphisme ! ;)

    • Caroline

      Merci beaucoup ! Je t’avoue que moi je tombe facilement dans ce piège, mais c’est pas grave de se laisser aller dans le film l’important c’est de s’en rendre compte ^^ N’hésite pas à me dire ce que tu en as pensé quand tu le verras !

  3. Amelie

    Je viens de regarder le film qui en effet ne met pas toujours a l’honneur la population veganes. Mais c’est deja une belle leçon de morale pour les mangeurs de viande qui arriveront peut etre plus facilement a regarder ce film qu’a regarder les vidéos de L214 qui pour le coup, montrent le vrai visage de l’élevage intensif et de la souffrance animale. L’important c’est l’impact du film sur les gens, tant mieux s’il influence certains. On est pl6is forts a plusieurs !

    • Caroline

      Bonjour Amélie ! Je suis d’accord avec toi, le film peut avoir un impact sur les gens et c’est très bien ^^ Je voulais juste remettre les pendules à l’heure car il y a une différence entre mieux consommer (l’image renvoyée du film) et être vegan :)

  4. J’ai vu ce film et il est assez émouvant, j’ai pleuré comme une madeleine quand le couple de cochon essaye de sauver leur petit à la fin. Le seul personnage authentique c’est bien Mija et franchement je n’ai jamais pensé que ce film prônait le véganisme mais plutôt qu’il dénonçait l’industrie, la surconsommation absurde.

    • Caroline

      J’ai beaucoup trop pleuré aussi, mais chut je ne le dis pas :p En vrai le film est sympathique mais c’est juste que je ne pense pas qu’il faille l’associer à une image végane comme les médias l’ont fait ^^

Tu me laisses un petit mot ? ^^

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*